Pour la Commission, ils sont nécessaires pour atteindre la neutralité climatique en 2050. Mais l’acte délégué ne fait pas l’unanimité

Le gaz et le nucléaire comme énergies durables et nécessaires pour atteindre la neutralité climatique en 2050. C’est ce que la Commission européenne a clairement affirmé noir sur blanc dans l’acte délégué complémentaire du règlement sur la taxonomie, début février. Pour l’exécutif européen, “l’acte délégué entend accompagner l’économie de l’UE dans la transition énergétique” et “accélérera les investissements privés qui sont nécessaires”. Pour beaucoup d’autres, depuis les organisations environnementales jusqu’à certains pays membres et même les politiciens et commissaires européens, il s’agit d’une trahison de l’engagement de respecter les évaluations scientifiques et de l’ambition de créer une norme mondiale complète, solide et cohérente pour la définition des investissements verts.

Nuclear power plant of Tihange, Electricity, cooling towers. https://multimedia.europarl.europa.eu/package/nuclear-safety_17708?page=3

Qu’est-ce que c’est

Par Taxonomie, nous entendons l’ensemble des critères qui permettent de classer les activités économiques comme durables ou non d’un point de vue environnemental et climatique. Il s’agit d’une unité de mesure, essentiellement destinée à orienter les investissements privés vers des activités économiques qui fonctionnent pour la transition énergétique vers l’objectif d’émissions nulles en 2050. Il s’agit d’activités économiques qui ne doivent pas causer de “dommages significatifs” à d’autres objectifs environnementaux envisagés par le règlement général sur la taxonomie de l’UE. Comme l’économie circulaire, la réduction de la pollution, la protection de la biodiversité, la protection des milieux aquatiques.

Dans l’acte délégué complémentaire présenté début février, la Commission européenne fait valoir que le gaz et le nucléaire, sous certaines conditions, doivent être considérés comme des activités économiques pour la transition verte car ils peuvent contribuer de manière substantielle à la décarbonisation du système énergétique. Le texte, avant d’être rendu public, a circulé parmi les Etats membres et parmi les experts pour être évalué. Il a notamment été examiné par les experts de la “Sustainable Finance Platform”, un groupe créé par la Commission européenne elle-même, qui l’ont rejeté. En particulier, selon les experts, les centrales à gaz ne pouvaient être envisagées qu’avec une intensité d’émission inférieure à “100 grammes de CO2 par kilowattheure.” En outre, la construction de nouvelles centrales nucléaires et la production d’énergie à partir des centrales existantes “ne répondent pas aux exigences du règlement sur la taxonomie” et “ne devraient pas être considérées” comme durables.

En ce qui concerne l’énergie nucléaire, l’acte délégué concerne les activités de développement de technologies avancées pour minimiser la production de déchets ; la construction de nouveaux réacteurs utilisant les meilleures technologies (ils seront reconnus jusqu’en 2045) ; les modifications et adaptations des centrales nucléaires existantes pour prolonger leur cycle de vie (elles seront reconnues jusqu’en 2040). Mais l’un des plus gros problèmes est celui des déchets. Tous les projets à financer doivent avoir préparé des “dépôts définitifs” pour les déchets présentant un niveau de radioactivité faible ou intermédiaire, tandis que ceux autorisés après 2025 doivent présenter des plans détaillés pour rendre opérationnels, d’ici 2050, des dépôts en couches géologiques profondes pour les déchets présentant un niveau élevé de radioactivité.

La Plateforme pour le financement durable a souligné que la Commission n’a présenté aucune “étude d’impact” pour préciser ces conditions. En particulier, les dépôts en couches géologiques profondes pour les déchets hautement radioactifs n’existent encore nulle part dans le monde. Par conséquent, il n’y a aujourd’hui aucune certitude quant à leur efficacité. De plus, la Commission demande à l’industrie nucléaire et aux Etats de présenter des plans de dépôts géologiques, sans préciser comment ils doivent être réalisés et quels principes et critères ils doivent respecter. Il s’agit d’un report du problème, certes important, sur les générations futures.

En ce qui concerne le gaz, l’acte délégué concerne la production d’électricité à partir de combustibles gazeux fossiles ; la cogénération à haut rendement de chaleur/refroidissement et d’électricité à partir de combustibles fossiles gazeux ; la production de chaleur/refroidissement à partir de combustibles fossiles gazeux dans un système efficace de chauffage et de refroidissement urbain. En ce qui concerne les émissions, la Commission a établi que toutes les installations produisant moins de 100 grammes de CO2 par kWh sont admises dans la Taxonomie ; il s’agit d’une limite très basse, déjà prévue par le Règlement général, qui ne peut être atteinte que par des installations utilisant des systèmes de séquestration et de stockage du CO2 ou avec l’utilisation massive de gaz à faible teneur en carbone. En outre, la Commission propose de considérer comme temporairement “verts”, jusqu’en 2030, les investissements dans des installations ayant un impact plus lourd sur le climat : celles qui produisent jusqu’à 270 g de CO2 par kWh, ou qui parviennent à maintenir une moyenne annuelle de 550 kg de CO2 par kWh, calculée sur vingt ans.

“En substance, les investissements considérés comme ‘verts’ aujourd’hui pourraient se révéler ‘significativement nuisibles’ demain”, comme l’a écrit le journaliste italien Lorenzo Consoli. Une critique concerne le fait que la Commission n’a pas analysé le risque que des investissements qui pourraient et devraient donner la priorité aux énergies renouvelables soient détournés vers ce secteur. Tandis qu’une autre attaque, qui provient principalement du Parlement européen, est celle selon laquelle la Commission a outrepassé les prérogatives des co-législateurs. L’acte délégué devrait être strictement limité au domaine technique et aux décisions d’application, alors que dans ce cas, il semblerait que la Commission ait forcé la main en insérant un choix politique fondamental et clivant dans un document technique.

L’acte délégué n’a pas trouvé un soutien unanime. Loin de là, il a également divisé le collège des commissaires. Les critiques pleuvent de la part des écologistes, des Verts du Parlement européen, des groupes de la gauche et des socialistes et démocrates. Et aussi d’une partie du Parti populaire européen, le même que celui de la présidente Ursula von der Leyen. L’Autriche, le Luxembourg, l’Espagne et le Danemark ont également exprimé leur opposition au texte, et au sein de l’exécutif européen, au moins trois ou quatre commissaires ont voté contre. Parmi ceux-ci, le commissaire au budget, l’Autrichien Johannes Hahn, avait annoncé son non dans les jours précédant le vote.

Les prochaines étapes

L’acte délégué supplémentaire va maintenant être formellement transmis aux co-législateurs que sont le Parlement et le Conseil, pour examen. Le Parlement et le Conseil auront quatre mois pour examiner le document et, s’ils le jugent nécessaire, pour soulever des objections. Les deux institutions peuvent demander à prolonger la période de contrôle de deux mois. Le Conseil aura le droit de soulever des objections avec une majorité qualifiée renforcée, ce qui signifie qu’au moins 72 % des États membres (au moins 20 États membres) doivent représenter au moins 65 % de la population de l’UE. Le Parlement européen peut soulever des objections si le texte reçoit un vote négatif de la majorité de ses membres en session plénière (au moins 353 députés). Une fois la période de contrôle terminée, si aucun des colégislateurs ne soulève d’objection, l’acte délégué supplémentaire entrera en vigueur et s’appliquera à partir du 1er janvier 2023.

Un rejet par le Conseil de l’UE est peu probable, mais le Parlement pourrait atteindre le seuil de 353 voix. Il reste toutefois la possibilité d’un recours devant la Cour européenne de justice, déjà menacée par les gouvernements de l’Autriche et du Luxembourg. Une voie qui pourrait également être empruntée par le Parlement européen.

Giulia Torbidoni PFE

Fonte Foto : https://multimedia.europarl.europa.eu/package/nuclear-safety_17708?page=3

Skip to content