PREVENTION DES EXTRÉMISMES VIOLENTS CHEZ LES JEUNES : que fait l’Europe?

6.integration-gd4f7e03d2_640

Excursus sur les causes, la prévention, les principales actions mises en œuvre par l’Union européenne.

Article tiré du site Open Minds – lien: https://openminds-project.eu/it/materials/

La période de l’adolescence est sans aucun doute le moment où un jeune éprouve le besoin existentiel de définir son identité, au point d’être beaucoup plus exposé et donc extrêmement fragile.

Cette étape de la vie devient encore plus délicate pour ceux qui se sentent coupés de la société, que ce soit en raison de leurs origines ethniques, de leur milieu social, de leur orientation sexuelle ou d’aspects liés à des difficultés relationnelles.

La progression de cette condition, sans que le contexte social puisse apporter des réponses pour arrêter le processus, fait que ces individus, se sentant exclus socialement, finissent par manifester leurs frustrations dans l’extrémisme violent, se sentant valorisés par le fait de pouvoir décharger leur colère/agression sur ceux-là mêmes dont ils se sentent rejetés, rejoignant fréquemment des organisations subversives (par exemple, le terrorisme).

Pour mieux comprendre les processus psychologiques qui conduisent à cette situation non seulement chez les jeunes, mais surtout chez eux, il est nécessaire d’en connaître les causes.

Les spécialistes ne s’accordent pas sur la définition du concept de radicalisation qui aboutit à l’extrémisme violent. De manière générale, il s’agit du processus à court ou à long terme d’adhésion progressive à une idéologie extrémiste au point de légitimer ou de perpétrer des actes violents.

Il est également généralement admis qu’il n’existe pas de cause unique conduisant à l’extrémisme violent.

Au cours des dernières décennies, d’innombrables modèles se sont développés pour les définir. Parmi les plus reconnus figurent ceux de R. Borum (modèle en 4 étapes), de F. M. Moghaddam (modèle scalaire) et, ces dernières années, celui proposé par une étude commandée par l’Union européenne (RAN-Radicalisation Awareness Network).

Le premier comporte quatre étapes successives :

  1. le grief du contexte dans lequel on vit ;

  2. l’injustice (par exemple la discrimination) qui est dirigée vers des facteurs externes (d’un groupe d’individus à la société en général) ;

  3. attribution, on se polarise vers un ennemi ;

  4. la distanciation/dévaluation, d’où le mépris, la diabolisation et la déshumanisation de l’auteur. Il s’agit de la phase terminale au cours de laquelle certains individus peuvent commettre des actes violents.

La seconde consiste en 6 “étapes” psychologiques :

  1. Le rez-de-chaussée : Interprétation psychologique des conditions matérielles ;
  2. Premier étage : Perception du traitement injuste et moyens de le combattre ;
  3. Deuxième étage : Passage à l’agression ;
  4. Troisième étage : L’implication morale ;
  5. Quatrième étage : Consolidation de la pensée sectaire et des organisations terroristes perçues comme légitimes ;
  6. Cinquième étage : L’acte terroriste et l’indifférence à l’égard des mécanismes d’inhibition tout court.

Le RAN (Radicalisation Awareness Network), quant à lui, se réfère à un “kaléidoscope de facteurs“, comme le dit Magnus Ranstorp, dans lequel, à partir d’une série de facteurs principaux, se ramifient d’autres facteurs qui, en interagissant les uns avec les autres, créent des combinaisons individuelles infinies.

Voici les facteurs de base :

  • individuel socio-psychologique
  • social ;
  • politique ;
  • dimensions religieuse et idéologique ;
  • rôle des aspects culturels et identitaires ;
  • traumatismes et autres mécanismes déclencheurs
  • et ceux conduisant à la radicalisation :
  • la dynamique de groupe ;

radicalisateurs et figures de référence

  • le rôle des médias sociaux.
  • Une fois les causes identifiées, il convient de mettre en œuvre des contre-mesures appropriées en adoptant des politiques de prévention à long terme.
  • Parmi les facteurs de protection possibles, il est nécessaire de mettre l’accent sur un certain nombre de points, tels que :
  • pour les aspects politiques, se consacrer à une citoyenneté active ;
  • pour les idéologies, promouvoir une sensibilité culturelle visant à comprendre et à accepter la diversité ;
  • pour les crises identitaires, encourager la participation individuelle ;
  • pour la défense contre l’extrémisme, créer les conditions, dans la mesure du possible, d’un environnement familial encourageant ;
  • en ce qui concerne les influences liées aux amitiés, améliorer l’estime de soi, l’autonomie de pensée, le tout visant à améliorer la sphère socio-émotionnelle ;

  • sur la perception de l’exclusion, sur la gestion des relations sociales.

  • Afin d’obtenir le résultat escompté, les jeunes doivent être accompagnés efficacement dans le mécanisme d’inclusion. Certains éléments à ne pas négliger sont résumés ci-dessous :

  • apprendre à connaître l’univers des jeunes

  • encourager les participants à exprimer leurs opinions et à partager leurs expériences sans qu’elles soient jugées non pertinentes ;

  • créer une culture de respect mutuel et une atmosphère dans laquelle les participants se sentent en sécurité pour exprimer leurs opinions ;

  • poser des questions ouvertes pour encourager les participants à discuter et à analyser de manière critique les sujets abordés. Au fur et à mesure que les incertitudes sont thématisées et abordées, un lien est établi avec la vie quotidienne de chaque individu ;

  • l’engagement du groupe fonctionne s’il est abordé avec sérieux et si l’individu peut participer activement ;

  • éviter de suivre rigidement les programmes, mais plutôt prendre en compte les intérêts du groupe ;

  • la prévention exige du temps et de la continuité, pas de solutions rapides, mais de la constance et de la patience.

  • Tant d’initiatives de prévention ont été mises en place pour s’attaquer à un problème social aussi ancien et délicat que celui-ci que les politiques d’inclusion sociale aux niveaux local, régional, national, continental et transnational se succèdent sans interruption.

  • Remarquable est l’effort déployé depuis le début des années 2000 par l’Union européenne, qui se poursuit avec de plus en plus de force et de détermination.

Afin d’obtenir le résultat escompté, les jeunes doivent être accompagnés efficacement dans le mécanisme d’inclusion. Certains éléments à ne pas négliger sont résumés ci-dessous :

  • apprendre à connaître l’univers des jeunes

  • encourager les participants à exprimer leurs opinions et à partager leurs expériences sans qu’elles soient jugées non pertinentes ;

  • créer une culture de respect mutuel et une atmosphère dans laquelle les participants se sentent en sécurité pour exprimer leurs opinions ;

  • poser des questions ouvertes pour encourager les participants à discuter et à analyser de manière critique les sujets abordés. Au fur et à mesure que les incertitudes sont thématisées et abordées, un lien est établi avec la vie quotidienne de chaque individu ;

  • l’engagement du groupe fonctionne s’il est abordé avec sérieux et si l’individu peut participer activement ;

  • éviter de suivre rigidement les programmes, mais plutôt prendre en compte les intérêts du groupe ;

  • la prévention exige du temps et de la continuité, pas de solutions rapides, mais de la constance et de la patience.

Tant d’initiatives de prévention ont été mises en place pour s’attaquer à un problème social aussi ancien et délicat que celui-ci que les politiques d’inclusion sociale aux niveaux local, régional, national, continental et transnational se succèdent sans interruption.

Remarquable est l’effort déployé depuis le début des années 2000 par l’Union européenne, qui se poursuit avec de plus en plus de force et de détermination.

Afin de prévenir la radicalisation, elle a adopté le 29 avril 2021 un règlement européen dédié à la lutte contre la diffusion de contenus terroristes en ligne, qui sera appliqué à partir du 7 juin 2022 et qui concerne les contenus tels que les textes, les images, les enregistrements audio ou vidéo, y compris les émissions en direct, qui incitent ou contribuent à des actes terroristes ou fournissent des instructions sur la manière de commettre des crimes ou incitent à la participation à des groupes terroristes.

En outre, depuis 2015, elle a mis en place :

  • Par le biais d’Europol, un groupe de travail spécifique pour lutter contre la propagande terroriste sur Internet. L’unité de signalement Internet de l’UE (EU IRU), chargée d’identifier et d’enquêter sur les contenus en ligne à caractère terroriste et extrémiste violent et de soutenir les États membres sur cette question ;

  • Le RAN précité, créé en 2016, qui consiste en un réseau de 6 000 praticiens de toute l’Europe (enseignants, policiers, police pénitentiaire), et qui vise notamment à comprendre pourquoi certaines personnes sont plus vulnérables à la radicalisation et quelles actions peuvent être entreprises pour les protéger ;

EU Internet Forum, qui réunit les pays de l’UE, les plateformes en ligne, Europol, le monde universitaire et les partenaires internationaux, dans le but d’échanger des informations sur l’évolution en ligne des sujets mentionnés.

Carlo Caloisi

SOURCES ET ANALYSE APPROFONDIE

  1. M. Moghaddam (2005) – The Staircase to Terrorism – A Psychological Exploration: http://fathalimoghaddam.com/wp-content/uploads/2013/10/1256627851.pdf ;
  2. Borum (2011) – Radicalization into Violent Extremism I: A Review of Social Science Theories: https://pdfs.semanticscholar.org/59dd/42eeeef9ef735476ee8f5c4e845a08b70312.pdf?_ga=2.101768520.899049361.1663830384-1806202824.1663830384 ;
  3. Borum (2011) – Radicalization into Violent Extremism II: A Review of Conceptual Models and Empirical Research: https://opev.org/wp-content/uploads/2019/10/BORUM-Randy.-Radicalization-into-Violent-Extremism-II_-A-Review-of-Conceptual-1.pdf  ;
  4. Rhizome against Polarisation (RaP) (2019) – Prevenzione della violenza; promozione della concorrenza sviluppo sociale ed emotivo dei giovani: https://www.suedwind.at/fileadmin/user_upload/suedwind/Handbuch_16012020_ORIGINAL_IT.pdf ;
  5. Practice EU (2019) – Radicalisation prevention programme: https://practice-school.eu/media/IT_F_PRACTICE_RadicalisationProgram.pdf ;
  6. RAN (Radicalisation Awareness Network) thematic paper – The root causes of violent extremism: https://home-affairs.ec.europa.eu/system/files/2019-01/issue_paper_root-causes_jan2016_it.pdf ;
  7. RAN (Radicalisation Awareness Network) Policy Paper – Developing a local prevent framework and guiding principles, 2016: https://home-affairs.ec.europa.eu/system/files/2020-09/policy_paper_developing_local_prevent_framework_guiding_112016_en.pdf  ;
  8. RAN – Developing a local prevent framework and guiding principles – Part 2 – 2018: https://home-affairs.ec.europa.eu/system/files_en?file=2019-02/policy_paper_developing_local_prevent_framework_guiding_principles_part2_112018_en.pdf ;
  9. RAN factbook – Islamist extremism, 2019: https://home-affairs.ec.europa.eu/system/files/2020-01/ran_factbook_islamist_extremism_december_2019_en.pdf ;
  10. European Union – Statistics on migration to Europe: https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/promoting-our-european-way-life/statistics-migration-europe_it ;
  11. EU measures to prevent radicalisation: https://www.consilium.europa.eu/it/policies/fight-against-terrorism/preventing-radicalisation/
  12. Regolamento UE 784/2021 del 29/04/21 – Lotta al terrorismo — diffusione di contenuti terroristici online: https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/HTML/?uri=LEGISSUM:4528583 ;
  13. Eurostat (2020) – Migrant integration statistics: https://ec.europa.eu/eurostat/documents/3217494/12278353/KS-06-20-184-EN-N.pdf/337ecde0-665e-7162-ee96-be56b6e1186e?t=1611320765858 ;
  14. Vidino (2014) – Indigenous jihadism in Italy: birth, development and radicalisation dynamics – Ed. ISPI: https://www.ispionline.it/sites/default/files/pubblicazioni/il_jihadismo_autoctono_in_italia.pdf ;
  15. Global cities and the challenge of integration – Ed. ISPI (2018): https://www.ispionline.it/sites/default/files/pubblicazioni/cittaglobali_def_web_2.pdf ;
  16. Renström et alii (2020) – Exploring a pathway to radicalization: The effects of social exclusion and rejection sensitivity: https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1368430220917215 ;
  17. Pfundmair et alii (2022) – How social exclusion makes radicalism flourish: A review of empirical evidence: https://spssi.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/josi.12520?campaign=wolearlyview
  18. ISTAT (National Institute of Statistics), 2018 – Life and integration paths of immigrants in Italy: https://www.istat.it/it/archivio/230556  ;

VIDEO

  1. Welcome Programme – educational and social Inclusion in the EU: https://www.youtube.com/watch?v=8ROKeKGb–0&ab_channel=DGMigrationandHomeAffairs ;
  2. From Social Exclusion to Social Inclusion: Femke Hofstee van de Meulen at TEDxBreda: https://www.youtube.com/watch?v=yIeYgk0qIDA&ab_channel=TEDxTalks

IMAGES (in sequential order)

  1. Gerd Altmannda Pixabay
  2. succoda Pixabay ;
  3. ohn Hainda Pixabay
  4. Gerd Altmannda Pixabay
  5. Pchvector da Freepik

 

 

Skip to content